Irrationalité individuelle et ordre social

Irrationalité individuelle et ordre social

Pierre Moessinger met en scène des individus complexes, multiples, incohérents, impulsifs, complices de leurs renonciations, bref des individus constamment aux prises avec eux-mêmes. Contrairement aux agents désincarnés et déconnectés circulant dans l’univers abstrait de l’économie néo-classique, il met l’accent sur les déséquilibres interpersonnels, la confusion des esprits et la non-rationalité des individus. Se plaçant dans la perspective d’une sociologie explicative, l’auteur suggère que les faits sociaux, même les plus ordonnés, renvoient à des conduites individuelles désordonnées. Un tel argument se distingue de deux thèses célèbres: celle de Popper, selon laquelle l’irrationalité individuelle est incompatible avec l’ordre démocratique, et celle de Hayek, selon laquelle le libre jeu des irrationalités individuelles garantit l’ordre social.

Pour en savoir plus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s